La Lega reste premier parti du Tessin

La Lega reste premier parti du Tessin

Da LeMatin.ch (foto Keystone). Aucune femme n’a été élue pour remplacer la ministre radicale démissionnaire Laura Sadis, ce qui fait de l’Exécutif tessinois le seul entièrement masculin de Suisse.

La composition du gouvernement tessinois au terme des élections cantonales de dimanche reste inchangée. La Lega conserve ses deux sièges, le PLR, le PDC et le PS maintiennent chacun le leur. Aucune femme n’a été élue pour remplacer la ministre radicale démissionnaire Laura Sadis, ce qui fait de l’Exécutif tessinois le seul entièrement masculin de Suisse.

La composition du Grand Conseil sera elle annoncée lundi. La participation au scrutin a atteint 62,3 % et plus de 80 % des électeurs ont choisi de voter par correspondance.

Le dépouillement des votes, dimanche à partir de midi, a été marqué au fil des heures par une course-poursuite constante entre la Lega et le PLR qui se sont talonnés jusqu’au résultat final. La Lega, parti fondé par Giuliano Bignasca en 1991, a perdu un peu de terrain dans quelques communes de la région de Lugano considérées comme ses fiefs historiques, notamment Paradiso et Sorengo.

Au final, elle a obtenu 27,7 % des voix (-2,1 % par rapport à 2011) devançant de peu le PLR avec 26,3 % ( 1,3 %). Le PDC a décroché 17,5% des suffrages (-2,4 %) et le PS 14,8 % (-1,5 %).

Gouvernement tout au masculin, fait unique en Suisse

La Lega confirme ses deux conseillers d’Etat sortants Claudio Zali et Norman Gobbi, le PDC reconduit Paolo Beltraminelli et le PS Manuele Bertoli. Le siège de la radicale Laura Sadis, démissionnaire, n’est lui pas allé à une femme. Il sera occupé par Christian Vitta, 42 ans, économiste et chef de groupe PLR au Grand Conseil. Le Tessin devient le seul canton suisse dont l’exécutif est uniquement masculin.

Les élections 2015 pour le renouvellement du gouvernement ont été caractérisées par une nette poussée de la droite (environ 60 % entre la Lega, le PLR et «La destra», une alliance entre l’UDC et des petites formations de droite) et un recul du PDC et du PS.

Les Verts, qui briguaient un siège au gouvernement, ont subi une cuisante défaite en ne totalisant que 6,6 % des suffrages ( 0,5 %). Parmi les petites formations, «Montagna viva», qui s’était déjà présentée en 2011 et qui se bat pour la survie des régions de montagne, a obtenu un peu plus de 10’000 voix, soit 1,2 %.

Moins d’1 % pour la «Lega sud»

En revanche la «Lega sud», récemment constituée et qui prônait l’annexion du Misox (GR) au Tessin en vue du lancement d’une région autonome lombarde «du Gothard à Pavie» (I), a réalisé le plus mauvais score avec 452 votes (0,09 %).

Le meilleur résultat personnel a été obtenu par le conseiller d’Etat Claudio Zali, en charge du département du territoire, qui a totalisé 83’307 voix. Ex-juge à Lugano, Claudio Zali, 53 ans, a remplacé Michele Barra, décédé en octobre 2013 six mois après avoir succédé à Marco Borradori devenu dans l’intervalle maire de Lugano.

«La Lega a su dominer la campagne électorale en chevauchant les thèmes chers aux Tessinois, soit la peur des frontaliers, les relations tendues avec l’Italie sur le plan fiscal, la décision de la Banque nationale (BNS) de renoncer au taux plancher entre le franc et l’euro, la crise économique, sans oublier le régionalisme», a affirmé à l’ats, le politologue tessinois Oscar Mazzoleni, chargé de cours à l’Université de Lausanne.

http://www.lematin.ch/suisse/politique/La-Lega-reste-le-premier-parti-du-Tessin/story/16304554

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.