L’idée de fermer la frontière est envisagée au Tessin

L’idée de fermer la frontière est envisagée au Tessin

Da TDG.CH l Le président du gouvernement tessinois réfléchit à une fermeture temporaire. Berne se veut rassurante. «Si l’afflux de demandeurs d’asile venant d’Italie se poursuit, nous devrons fermer la frontière à titre provisoire», affirme le président du Conseil d’Etat tessinois, Norman Gobbi. Selon le léghiste, qui s’exprime dans la NZZ am Sonntag, c’est la seule manière de faire pression sur d’autres Etats «qui ne remplissent pas leurs devoirs». La critique vise en premier lieu l’Italie, à qui l’on reproche de ne pas enregistrer les migrants arrivant sur son territoire, comme le prévoit l’accord de Dublin.

Le Tessin fait face à un afflux inédit de migrants. Le canton, selon Norman Gobbi, reste la seule porte pour sortir d’Italie. La France, notamment, bloque les entrées à Vintimille. En Suisse, des structures d’accueil provisoires ont été ouvertes; d’autres sont à l’étude. La présence des gardes-frontière a aussi été augmentée au Tessin, avec des renforts d’autres régions.

A Berne, le Secrétariat d’Eta t aux mi grations (SEM) souligne que les critères pour réintroduire temporairement des contrôles aux frontières ne sont pas remplis. D’après les Accords de Schengen, cette décision ne peut être prise qu’en cas de «menace sérieuse» de l’ordre public ou de la sécurité intérieure. Le SEM ajoute que, jusqu’à présent, toutes les personnes qui se sont présentées dans un centre ont pu être accueillies.

Un écho auprès de l’UDC

L’appel de Norman Gobbi trouve un écho auprès de l’UDC. «Nous avons déjà demandé un contrôle systématique aux frontières, commente le conseiller national Hans Fehr (ZH). Si cela est nécessaire, des militaires devront apporter leur soutien. Et la frontière peut être fermée aux migrants durant une période.» Les Accords de Schengen? «La France les a déjà mis hors service. Et les contrôles systématiques sont possibles en cas d’urgence.»

La conseillère nationale Cesla Amarelle (PS/VD), en rev anche, s ouligne que ces migrants demandent une protection. A ses yeux, un blocage des frontières n’est pas seulement illégal: «Cela entraîne des rassemblements de personnes et des déséquilibres sociaux potentiellement dangereux.» Pour elle, la solution passe par une relocalisation des réfugiés, aussi bien en Suisse qu’en Europe. Pour mémoire, plusieurs chefs d’Etat européens s’opposent à la clé de répartition proposée. «Nous pourrions déjà le faire avec les Etats volontaires», conclut-elle.

«Je comprends le problème de mon collègue tessinois, commente pour sa part le conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet (PLR). Mais l’étanchéité de la frontière est une vue de l’esprit. Une fermeture ne ferait qu’accentuer le pouvoir des passeurs clandestins. Augmenter le nombre de gardes-frontière ne va pas non plus diminuer l’afflux de migrants.» Il voit la solution dans un règlement global de la question. (TDG)

Par Caroline Zuercher Mis à jour le 21.06.2015
http://www.tdg.ch/front/redaktionempfiehltL-idee-de-fermer-la-frontiere-est-envisagee-au-Tessin/story/25397935

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.